Les Journées Mondiales de la Jeunesse : l’expérience d’une Église toujours plus universelle

 

201607 JMJCracovie

 

Du 18 juillet au 2 août 2016, nous avons été nombreux à répondre à l’invitation du Pape François à le rejoindre pour les Journées Mondiales de la Jeunesse à Cracovie. Au cœur du jubilé extraordinaire de la Miséricorde, nous nous sommes laissés guider par ces deux belles figures polonaises de sainteté que sont sainte Faustine et saint Jean-Paul II. Une occasion formidable de grandir dans l’amour de l’Église universelle.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai pris la responsabilité d’un groupe d’étudiants et jeunes professionnels du diocèse de Pontoise. Nous avons rejoint le grand groupe diocésain qui comptait près de 400 jeunes des quatre coins du Val-d’Oise, accompagnés par notre évêque Mgr Stanislas Lalanne.

Vivre les JMJ comme séminariste et accompagnateur a été très enrichissant, par l’exercice de l’écoute, de l’accompagnement, de l’enseignement et du partage. Ayant sensiblement le même âge que les participants, j’ai pu dialoguer facilement avec eux, permettant notamment à bon nombre d’entre eux de revoir leurs a priori sur ce que vivent les séminaristes et les choix qu’ils font. Sans mérite de notre part, notre cheminement vocationnel, bien que particulier, rejoint, stimule et éclaire leurs propres questionnements.

De ces deux semaines en Pologne, je retiens la spontanéité des jeunes à entrer en dialogue avec d’autres cultures. Ils ont fait preuve d’une belle générosité. Ouverts à la présence de l’autre, ils ont expérimenté la complémentarité des charismes qu’offre la dimension internationale de l’évènement. Entre deux rendez-vous, autour d’un apéritif ou assis sur les marches d’une église à la fin d’une veillée, nous avons échangé sur nos expériences paroissiales, familiales, étudiantes ou professionnelles, sans hésiter à refaire le monde. Ainsi, malgré l’actualité alarmante marquée par l’assassinat du Père Jacques Hamel, j’ai pu constater avec joie que la flamme des jeunes chrétiens est vive et qu’ils font preuve d’enthousiasme pour annoncer le Christ non seulement par des mots – que bien souvent ils nous laissent le soin de formuler – mais aussi par le témoignage d’une vie authentiquement chrétienne. Le Pape François lui-même a encouragé les jeunes, comme il le fait si bien, à contrecarrer la culture ambiante de mort, à quitter leur divan et à s’engager plus résolument dans la société. Une exhortation relayée par nos évêques pour susciter des initiatives diocésaines et paroissiales.

Une telle expérience, à la fois diocésaine et mondiale, a été formatrice pour le jeune séminariste que je suis. Elle nous rappelle que nous appartenons à un diocèse, à une communauté particulière, mais que nous sommes aussi les membres d’une famille plus large, l’Église en France, qui elle-même fait partie de l’Église universelle qu’il nous faut apprendre à écouter et à connaître. Dialoguer au sein même de l’Église et faire ainsi l’expérience de son universalité est particulièrement nécessaire dans le contexte actuel de la mondialisation des réalités humaines. Considérer conjointement l’ensemble de ces réalités m’interpelle : comment exercer le ministère de prêtre dans le temps qui est le nôtre ? De quelle manière pouvons-nous toujours mieux accueillir et conduire l’universalité de l’Église dans la pleine communion à la personne du Christ ?

Charles-Thierry NDJANDJO, diocèse de Pontoise,

Collège de l’admission.

 

Adresse : Via santa Chiara, 42. 00186 Roma. Italie. Tél : 0039 06 68 02 11

Séminaire pontifical français de Rome - Les Journées Mondiales de la Jeunesse : l’expérience d’une Église toujours plus universelle.
Powered by Joomla 1.7 Templates