Un nouveau visage parmi les pères formateurs

 

P BAUDOT

 

Le Séminaire français a accueilli en septembre un nouveau père formateur. Mgr Denis Baudot, canoniste du diocèse de Lyon, retrouve les lieux dans lesquels il a déjà vécu. Il nous évoque quelques aspects de son parcours et nous fait part de sa joie de servir l'Eglise.

 

"Gone" (vrai Lyonnais), il découvre très tôt le curé d'Ars à travers sa famille et profite de la proximité de ce village qui ne se trouve qu'à 35 kilomètres de Lyon. Sa vocation de prêtre diocésain s'enracine dans l'expérience du scoutisme et d’une vie paroissiale dynamique. Elle repose sur la conviction qu'il est impossible de vivre sans servir.

Formé au Séminaire Français de Rome à partir de 1977, il est marqué par ces années de grâce qui lui offrent une ouverture inespérée à l'universel. Il garde un vif souvenir de la visite de Saint Jean-Paul II en 1981 : le Pape avait demandé à ce qu'on lui présente tous les séminaristes et avait pris le temps d'échanger avec chacun un mot, dans le grand salon qui porte aujourd'hui son nom.

Revenu dans son diocèse, le Père Baudot devient le secrétaire particulier du cardinal Decourtray. Auprès de cet homme intelligent et délicat, au contact de sa pensée nourrie par la prière, il apprend comment fonctionne l'Eglise et bénéficie de quelques intuitions du cardinal qui lui seront utiles pour la suite de son ministère. Avec l'enthousiasme pour ce qui est beau, le principal fil conducteur de son ministère est l'attention à l'Esprit Saint.

Orienté par son évêque vers le droit canonique dès la fin de ses études de théologie, le Père Baudot accepte cette mission comme un service. Il n'a cessé depuis d'approfondir cette discipline, en tant que professeur, juge, puis official, ce qui ne l'a pas empêché d'être curé pendant cinq ans, ni de s'occuper de la formation des diacres permanents de son diocèse. Il garde de la mise en place du nouveau Code de droit canonique le souvenir d'une époque merveilleuse où il avait conscience de vivre quelque chose d'important. Il définit le droit canonique comme une matière avant tout théologique, à la charnière de bien d'autres dont la pratique doit être imprégnée de miséricorde et de respect des personnes. Un canoniste est au service de la pastorale et de la charité de l'Eglise. Il ne traite pas des dossiers anonymes, mais accompagne les personnes, par exemple après un échec matrimonial. Leur histoire souvent douloureuse nécessite de prier pour elles et de les aider à retrouver la paix.

Après avoir été Official Interdiocésain de Lyon, le P. Baudot est revenu à Rome en 2013. Il travaille au Tribunal Suprême de la Signature Apostolique où il est le seul Français, le cardinal Mamberti excepté. Il considère ces années dans le diocèse de Lyon et celles à Rome comme deux façons de servir l'Eglise à travers ce qu'elle lui demande. Et ce service est la source de sa joie.

Père du conseil du Séminaire français depuis septembre, il vit cette mission comme un retour aux sources. Ayant toujours cru au ministère sacerdotal, il trouve motivant d'aider des jeunes à s'y préparer. Sa fonction de professeur lui a donné le goût de la transmission. Il veut dire aux séminaristes que le sacerdoce, bien que parfois difficile, est une vraie joie dès lors que l'on fait confiance à l'Esprit Saint.

Marc Leroi, diocèse de Nanterre,

Collège des ministères.

Adresse : Via santa Chiara, 42. 00186 Roma. Italie. Tél : 0039 06 68 02 11

Séminaire pontifical français de Rome - Un nouveau visage parmi les pères formateurs.
Powered by Joomla 1.7 Templates