Des prêtres en pèlerinage sur les traces de Don Puglisi

 

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À l’occasion du jubilé de la Miséricorde, le collège des prêtres étudiants est parti en pèlerinage à Palerme sur les traces du Bienheureux Don Puglisi. Grâce à de nombreux témoins oculaires ayant connu ce prêtre tué par la mafia en 1993, ils ont découvert la figure d’un prêtre diocésain humble et discret qui a donné sa vie pour que les plus pauvres connaissent le Christ miséricordieux.  

 

 

« Que pourrions-nous faire à l’occasion de l’année de la miséricorde ? » Cette année, l’Esprit Saint a soufflé d’une manière bien curieuse dans le collège des prêtres en insufflant cette réponse : « Et si nous allions à Palerme sur les traces de Don Puglisi ? » Quel est le rapport entre un prêtre assassiné le 15 septembre 1993 par la mafia sicilienne et la miséricorde ? Je n’ai pas la prétention de présenter ici une biographie complète du Bienheureux Don Giuseppe Puglisi mais essayons, néanmoins, de répondre à cette question en reprenant quelques idées fortes reçues pendant notre pèlerinage.

 

Giuseppe (surnommé « Pino ») Puglisi est né le 15 septembre 1937 à Palerme dans le quartier de « Brancaccio » où il résida quelques années seulement. Son enfance est marquée par la pauvreté : son père cordonnier et sa mère couturière s’efforcent de faire vivre leurs quatre enfants tant bien que mal. Lorsque Pino perçoit son appel à être prêtre, ses parents, en dépit d’importantes conséquences financières, acceptent son choix. À 16 ans, Pino entre alors au séminaire. Il en sortira le 2 juillet 1960, jour de son ordination presbytérale.

 

Durant sa vie sacerdotale, Don Puglisi demeurera toujours au contact de la pauvreté. Outre son souci de répondre aux besoins matériels des plus nécessiteux, il cherchera, comme le firent ses parents à son égard, à instruire, former et éduquer les jeunes pour les sortir de la pauvreté humaine et spirituelle. Pour répondre au mieux à sa mission, trois figures de sainteté l’accompagnent en particulier : saint François d’Assise pour la pauvreté, l’humilité et la simplicité, saint Jean Bosco pour l’amour des jeunes et Don Lorenzo Milani pour l’exigence éducative.

 

Après deux expériences en paroisse, Don Puglisi est nommé responsable diocésain des vocations. De 1979 à 1990, il accompagne de nombreux jeunes vers la vie sacerdotale et religieuse mais il cherche plus généralement à guider chacun vers sa vocation baptismale : tous nous avons été voulus par Dieu, aimés de Dieu et faits pour Dieu, tel est l’appel adressé à tout chrétien ! Pour le découvrir, Puglisi fait lire et méditer la Parole de Dieu. Pour lui, chaque homme doit se laisser rejoindre par l’Évangile et  l’évangélisation est à comprendre comme une promotion de l’homme.

 

Le 6 octobre 1990, le Padre Pino Puglisi devient curé de la paroisse San Gaetano de Brancaccio. Avec ce retour dans son quartier natal, sa priorité se porte de nouveau vers les pauvres et les jeunes. En collaboration avec des sœurs, il fonde le centre Padre Nostro dont l’objectif est de sortir les plus démunis de la misère. Mais très vite sa liberté d’action et sa charité agacent et irritent la mafia très influente dans le quartier. Puglisi devient alors la proie de violences, de mises en garde, et de coups de fils anonymes. Qu’importent les intimidations, le pasteur demeure au milieu des siens. Déterminé et plein de douceur il poursuit sa mission, détourne les jeunes des agissements malhonnêtes, promeut la réconciliation plutôt que la vengeance, organise des chemins de croix à la place des processions contrôlées par la mafia… En quelques mois la tension monte et dans un contexte politique déjà tendu au niveau national, Don Puglisi est lâchement assassiné le 15 septembre 1993.

 

Pour conclure, répondons à la question du départ : Quel est le rapport entre Don Puglisi et la miséricorde ? Je crois que nous pouvons y répondre de cette manière : Don Puglisi a toujours cherché à proposer un chemin de salut permettant à chaque homme de rencontrer le Christ miséricordieux. S’il aimait tant les jeunes, c’est en raison de leur vulnérabilité au mal et de l’espérance qu’il voyait en eux. Par sa discrétion, sa douceur et sa détermination, les jeunes faisaient l’expérience du Christ miséricordieux et en témoignaient à leur tour à leurs parents. Le Christ nous libère de tous les liens obscurs que nous pouvons tisser. Nous pouvons les refuser et plus encore choisir de donner sa vie pour que les autres soient libres et accueillent la miséricorde de Dieu.

 

Bienheureux Don Puglisi !  -   Priez pour nous !

 

 

P. Patrick Clément

Prêtre du diocèse de Belley-Ars

1ère année de licence à l’institut Jean-Paul II

 

Retour au sommaire

Adresse : Via santa Chiara, 42. 00186 Roma. Italie. Tél : 0039 06 68 02 11

Séminaire pontifical français de Rome - Séminaire pontifical français de Rome.
Powered by Joomla 1.7 Templates