Skip to main content

Découvrir les chrétiens du Maroc

Six séminaristes nous livrent leur témoignage sur une semaine passée avec les chrétiens du Maroc.

 

Comment vivre en chrétien dans un pays musulman ? Quelle place peut prendre l’Église dans un pays où la foi chrétienne n’est qu’une infime minorité ?

Voilà les questions avec lesquelles nous sommes partis, six séminaristes à la découverte de l’Église du Maroc. Encouragés par une rencontre marquante à Rome avec l’archevêque de Rabat, Mgr Romero, et grâce à la générosité de ceux qui nous ont accueillis, nous avons pu goûter à la vraie richesse cette Église, qui à l’appel du pape François, sait qu’elle est une minorité qui doit être significative pour porter à ce pays la joie de l’Évangile.

En une semaine, nous avons rencontré de nombreux visages de cette Église, à commencer par les Franciscains à Marrakech, notamment mobilisés depuis septembre dernier pour coordonner l’aide aux victimes du séisme dans les montagnes alentour. Ce furent ensuite les trappistes de l’abbaye Notre-Dame de l’Atlas, dans les montagnes, qui durent adapter leur clôture pour rendre possible la rencontre de l’autre. Dernière abbaye contemplative d’hommes au Maghreb, cette communauté est devenue le cœur vivant de l’Église d’Afrique du Nord, en portant notamment le témoignage de leurs frères de Tibhirine ainsi que des figures ayant incarné la spiritualité de saint Charles de Foucauld au Maroc, telles que le père Albert Peryguère. A Rabat, nous sommes allés à la rencontre des Petites Sœurs de Jésus, vivant et travaillant au milieu des Marocains les plus pauvres pour porter le témoignage du Christ dans cette réalité quotidienne.

Nous avons été marqués de voir comment ces différentes communautés, dans leur prière, leur service, et leur amour pour ceux qu’ils rencontrent, témoignent profondément de la vie du Christ donnée pour tous les hommes, malgré une vraie difficulté (sociale et culturelle) pour toute annonce explicite de l’Évangile.

La mémoire pleine de beaux paysages (du désert marrakchi à la côte atlantique en passant par les montagnes enneigées) et encore séduits par les nombreuses spécialités culinaires, nous rentrons aussi avec tous ces témoins qui renforcent notre désir d’annoncer l’Évangile dans nos diocèses et avec notre foi en l’action de l’Esprit Saint qui convertit les cœurs.